théâtreexpressdepierremonsard

25 mars 2006

NOUS SOMMES DE RETOUR !!!

LE 25 MARS 2006, NOUS DONNONS UN SPECTACLE A L'ECOLE NORMALE SUPERIEURE DE LIBREVILLE.

AU PROGRAMME:

TOUTES NOS NOUVEAUTES.

VENEZ NOMBREUX !!!

Posté par theatreexpress à 15:14 - Commentaires [0] - Permalien [#]


MISSION ACCOMPLIE !!!

Nous avons pendant deux jours, les 27 et 28 janvier dernier, rendu un vibrant hommage au fondateur de la Compagnie ,le Dr. Pierre Monsard disparu le 28 novembre dernier dans sa 52 ème année des suites d’une maladie . Ces journées étaient intitulées « Journées hommage à Pierre Monsard Siégu ».

Le " Théâtre Express" a vu le jour de manière spontanée (d’où son nom !), en 1993 au Département de Lettres Modernes de l’Université Omar Bongo de Libreville . C’était au cours de stylistique que dispensait le Dr. Pierre Monsard . Celui-ci soumit à ses élèves l’étude de l’œuvre de l’écrivain Congolais Henri Lopès . Soudain, il lui vient l’idée de réécrire le roman « Le pleurer-Rire » sous forme de tableau. Les étudiants approuvent. Une fois le travail de réécriture fini, il leur vient une autre tentation celle de monter sur les planches pour mettre ces séquences en spectacle. Là est le début de l’aventure de " L’express".
A partir d’un effectif réduit au départ, " L’express" s’est vite agrandi avec l’arrivée d' autres étudiants de presque tous les départements de l’Université, mais aussi des élèves des Lycées et collèges de la capitale gabonaise .

Aussi, à la suite des hommages qui ont été rendus ici et là au Gabon à Pierre Monsard, que beaucoup considèrent comme une des plus grandes figures de la promotion de la culture gabonaise tant il était d’un dynamisme avéré pour la chose culturelle, c’est le monde du théâtre gabonais à travers « Le Théâtre express » , sa postérité parmi tant d’autres, qui a tenu , trois mois seulement après sa disparition à se souvenir de son œuvre .Ainsi, pendant deux jours, « L’express » a tenu le public venu nombreux en haleine .

La cérémonie a débuté le 27 janvier dans l’après-midi . La pluie qui est tombée quelques heures plutôt n’a pas pu stopper la volonté des centaines de personnes qui étaient venus eux aussi, rendre par leur présence, un dernier hommage au « maître » ; ce d’autant plus que le Centre culturel français de Libreville avait tenu à participer à ces hommages en octroyant gratuitement la salle polyvalente au Théâtre express dont le fondateur était connu de la maison . Ainsi donc les nombreux visiteurs ont pu apprécier l’œuvre de Pierre Monsard exposée dans l’enceinte du CCF : des photos , des correspondances , des retransmissions des émissions vidéo et radiophoniques qu’il animait ou auxquelles, il participait ; des témoignages des étudiants, comédiens, collègues, hommes de culture et des amis du disparu .

La première journée s’est achevée avec la déclamation de poèmes sur la mort et le sentiment du vide que provoque la disparition d’un être aimé .

La deuxième journée,celle du 28, a permis aux membres du Théâtre express d’inaugurer le blog Internet(http://theatreexpress.canaloblog.com ), en attendant la création du site dans les tous prochains mois . Ce qui n’a pas empêché les nombreux visiteurs d’apprécier .La journée qui s’est en fait poursuivie dans la soirée avec une série de spectacles qui a réjoui un public enthousiaste et passionné .

Tour à tour, ce sont des artistes de talent et de renom qui se sont relayés sur les planches du CCF : Matthias Ndembet, conteur émérite sinon l'un des meilleurs dans l’art du conte au Gabon, a conté au public, « L’histoire du sel » avec un talent que seuls savent le faire, les conteurs de sa trempe . Ensuite, Jean-Romain Nguemené dit « Monombè » de « l’Atelier Eyeno », récemment primé aux jeux de la Francophonie à Niamey , est venu conter « le saut de la grenouille ». Un conte plaisant qui invite l’homme à guérir de la « leadershipmatologie », une maladie qui frappe certaines personnes en mal de pouvoir .
Puis, ce fut au tour de Janni’s Moussossi dit « Fabio » de la Compagnie d’égayer la salle avec son sketch. Il faut dire que le style de « Fabio » est tout particulier puisqu’il fait dans l’imitation des enfants à contrario de ses compères qui eux, préfèrent imiter les vieux . Mais c’est bien plus son histoire d’amour pour Paola qu’il a mis en chanson et les difficultés que vivent parfois les enfants dans leur foyer qui a provoqué l’hilarité générale dans le public.

Pour « boucler la boucle », c’est à « L’express » qu’est revenu l’honneur avec les gaboniaseries (les niaiseries du Gabon), écrites et montées par notre défunt fonbdatuer, Pierre Monsard . C’est un ensemble de sketchs qui raconte avec humour et dérision les niaiseries du Gabon : «Le règlement de compte », « la bande », « la Saint-Valentin » sont les sketchs qui composent ces gaboniaseries . Et c’est avec ces trois derniers sketchs sous des airs d’oriengo, la danse gabonaise du moment, que s’est achevée ces journées consacrées à Pierre Monsard Siégu, le grand-frère, le maître .


Posté par theatreexpress à 15:11 - Commentaires [0] - Permalien [#]

25 janvier 2006

AU GRAND MAÎTRE, LA NATION RECONNAISSANTE...

pierre_monsard

Posté par theatreexpress à 12:51 - Commentaires [0] - Permalien [#]

BIOGRAPHIE DE PIERRE MONSARD SIEGU

Pierre Monsard est né le 19 Septembre 1953 à Mouila . Il est le deuxième enfant de feu Gaëtan Monsard et de Colette Malemou Moukagni .

Comme son frère Adolphe,il est très tôt inscrit à l'école primaire de la ville . Dans ce royaume d'enfance, le jeune Monsard partage son quotidien avec, entre autres, deux frères auxquels il restera très attaché : Pierre-Claver Maganga Moussavou et Alfred Mabicka Mouyama, tous deux aujourd'hui,ministres de la République .

Dans le sillage du père Monsard, un administrateur,appelé à servir son pays partout où le devoir l'exige, le petit Monsard se retrouve à Bitam en 1963 .De ce séjour dans le nord du pays, Monsard conservera le souvenir des "joies partagées avec ses camarades de classe" qu'il contait avec nostalgie à la moindre occasion .

C'est à Ndendé que Monsard obtient son baccalauréat en 1975 . Orienté contre son gré à l'Ecole normale supérieure, Pierre Monsard qui tenait absolument à faire ses études à la Faculté des Lettres et Sciences Humaines s'y inscrit comme auditeur libre au Département de Lettres Modernes . Sa Licence en poche, il va poursuivre ses études dans l'Hexagone et plus précisément à l'Université de Lille III , où il obtient en 1985, son doctorat ès Lettres sa thèse paortait sur les "Aspects de l'oralité africaine traditionnelle et son influence sur la littérature écrite actuelle" .

L'année qui suit, le jeune diplômé revient au pays et intègre tout naturellement le département des Lettres modernes où il enseigne les littératures africaines ( la transculturalité dans la littérature africaine écrite et la néo-oralité ) et la stylistique .

En 2003, de retour de stage à Dakar, il crée au sein de la Faculté des Lettres et Sciences Humaines, le Département des Littératures Africaines dont il sera le Chef de Département .

Pierre Monsard Siégu nous a quitté le 28 novembre 2005, des suites d'un malaise cardiaque . De lui, on retiendra qu'il avait de nombreuses qualités : la rigueur, le dynamisme, la dsponibilité et l'humour . Il entretenait des amitiés fortes et soutenues avec des personnes simples et ordinaires
Outre ses activités pédagogiques, P.Monsard a animé plusieurs conférences ( il est dévenu l'un des maîtres à penser du "grand-frérisme" artistiques et littéraires . En 1993, il fonda la troupe théâtrale "La Compagnie du Théâtre express" qui est devenu après sa disparition, "La Compagnie Théâtre express de Pierre Monsard". Il a également publié chez L'Harmattan, un texte critique sur l' "Esquisse d'une poétique du comique : l'écriture de Sony Labou Tansi".

Les hommages qui lui ont été rendus à l'Université Omar Bongo avant son inhumation ,ont été dignes du rang du "grand-frère" et du grand maître qu'il a été .

Sur des notes de I.I et Otembé Nguema de "L'Union plus".


Posté par theatreexpress à 11:45 - Commentaires [3] - Permalien [#]

20 janvier 2006

PRESENTATION DE LA COMPAGNIE THÊATRE EXPRESS DE PIERRE MONSARD

1).HISTORIQUE

Le " Théâtre Express" a vu le jour de manière spontanée d’où son nom. Cela se passait pendant un cours de stylistique, nous sommes un jour du mois de janvier de l’an 1993 à l’Université Omar Bongo, avec des étudiants de deuxième année Lettres Modernes.
L’enseignant,M. Pierre MONSARD à soumis à ses élèves l’étude de l’écrivain Congolais Henri Lopès. Soudain, lui vient l’idée de réécrire le roman " Le pleurer-Rire" sous forme de tableau. Les étudiants approuvent. Une fois le travail de réécriture fini, il leur vient une autre tentation celle de monter sur les planches pour mettre ces séquences en spectacle. Là est le début de l’aventure de " L’express".

A partir d’un effectif réduit au départ, " L’express" s’est vite agrandi avec l’arrivée d' autres étudiants de presque tous les départements de l’Université, mais aussi quelques élèves des Lycées et collèges de Libreville.

2).PHILOSOPHIE

La philosophie du " Théâtre Express" est de :
-   Former les jeunes dans tous les métiers du Théâtre
-   Créer des spectacles à partir des œuvres d’auteurs Africains et gabonais publiés ou non.
-   Produire et diffuser ses créations.

3).MISSIONS

La "Compagnie de Théâtre Express" à pour principales missions de :
-Regrouper les amoureux du Théâtre aussi Universitaire que les non universitaires.
-Promouvoir l’activité théâtrale aussi bien à l’université que sur l’étendue du territoire national et partant même à l’international.
-Promouvoir à travers le théâtre, la culture mais surtout la Littérature gabonaise et Africaine.

4).PRINCIPALES CREATIONS

Sept : 2005 : Le nouveau champ de bataille (libre adaptation)

Sept : 2005 : Ode pour l’Afrique : (Récital poétique " Léopold Sedar Senghor)

Janvier 2005: Osez un geste d’amour : ( Ngabou Bianca)

Sept : 2004 : Tourner en Rond : ( Nicaise Koumba)

Mai : 2003 : Chaka " 2nde mise en scène : ( L. S. Senghor)

Mai 2002 : Nouveau Testament : ( Massouss-ma-Mounguengui)

Janvier 2001 : Errance à Disse : ( Moussouss-ma-Mounguengui

Février 2000 : Moughouga : (Missossi-mi-Kombile)

Mars 1998 : Le Roi Mouanga : (Vincent de Paul Nyonda)

Juin 1996 : La parenthèse de sang : (Sany labou Tansi)

Mars 1996 : La Marmite de koka Mbala : (Guy Menga )

Février 1995 : Chaka " 1er mise en Scène" : ( L. S. Senghor)

Juin 1995 : Les Chroniques de Mounié ( Libre adaptation du Pleurer -Rire d’Henri Lopez).


5).PRINCIPALES ACTIVITES

Sept : 2005 : Fithega 2005 2e édition (Libreville)

Juillet 2005 : R.A.R 3e édition ( Yaoundé CAMEROUN)

Juin 2005 : Festival de Théâtre Scolaire (Libreville)

Sept : 2004 : FITHEGA 2004 1er édition (Libreville)

Mai 2003 : 7e édition FCL (Libreville)

Mai 2001 : 5e édition FCL (Libreville)

Mai 2000 : 4e édition FCL (Libreville)

6).ACTIVITES PROPRES THEATRE EXPRESS

1.Festi-Forum de Théâtre Scolaire et Universitaire pour le développement " Quand les Planches Parlent …)

2.Caravane Inter Etablissement de Théâtre Scolaire et Universitaire.

7).PALMARES

Mai 2003 : 1er prix Vincent de Paul Nyonda FCL (Libreville)

Mai 2001 : 3e prix Vincet de Paul Nyonda FCL (Libreville)

Mai 2000 : 1er prix Vincent de Paul Nyonda FCL (Libreville)


Posté par theatreexpress à 18:14 - Commentaires [0] - Permalien [#]

LE BUREAU DIRECTEUR

Administrateur Général:
Aristide BEKA

Administrateur Général adjoint:
Marie-France ANDEME ALLOGHO

Directeur de Compagnie:
Christian NZIGOU

Directrice déléguée:
Reine Patrick BANIOGUILA

Secrétaire Général:
Wülfranck MOMBO

Secrétaire Général adjoint:
Waldys NTSAME NKORO

Trésorière:
Marthe OYANE METHOGO

Commissaire aux Comptes:
Didier TABA ODOUNGA

Directeur artistique :
MASSOUS-MA-MOUNGUENGUI

Directeur artistique adjoint:
Charles Edgard MOMBO

Directeur technique:
Tites ASSOUMOU ELLA

Directeur technique adjoint:
Georges MEZUI

Directeur de la communication:
Jean-Marie NKOGHE

Directeur de la communication adjoint:
Janni's MISSOSSI

Chargé aux Nouvelles Technologies:

Wilfried IDIATHA

Posté par theatreexpress à 18:10 - Commentaires [0] - Permalien [#]